L’actualité des secteurs sanitaire, social et médico-social

Infirmier-e

L’IDE évalue l’état de santé d’une personne et analyse les situations de soins, conçoit et définit des projets de soins personnalisés, planifie des soins, les prodigue et les évalue, et met en œuvre des traitements. Les soins dispensés sont de nature technique, relationnelle, éducative, dans le domaine de la prévention, du curatif ou du palliatif, et visent à promouvoir, maintenir et restaurer la santé.
L’IDE surveille l’état clinique des patients et coordonne ces soins. Il/Elle travaille en étroite collaboration avec une équipe pluridisciplinaire : médecins, kinésithérapeutes, manipulateurs en électroradiologie médicale, diététiciens…et une équipe d’aides-soignant(e)s qu’elle encadre.
L’IDE contribue à l’éducation à la santé et à l’accompagnement des personnes ou des groupes dans leur parcours de soins en lien avec leur projet de vie.
Il/Elle peut exercer dans des structures hospitalières ou extrahospitalières, et à domicile, de manière autonome mais toujours en collaboration.
Il/Elle agit, soit à son initiative dans le cadre de son rôle propre, soit sur prescription médicale.
Il/Elle rédige et met à jour le dossier du malade.
Il/Elle transmet par écrit et par oral les informations relatives aux patients pour garantir le suivi des soins dans les meilleures conditions. Il/Elle participe ainsi activement à la sécurité et à la qualité des soins.

La profession nécessite :

  • sens des responsabilités
  • cognition
  • rigueur et méthode
  • esprit d’analyse et de synthèse
  • esprit d’équipe
  • capacités relationnelles,
  • capacité à gérer ses émotions et à prendre du recul face aux évènements
  • adaptabilité certaine au changement
  • enthousiasme
  • équilibre mental
  • bonne forme physique

Pour exercer la profession d’infirmier, il faut être titulaire du Diplôme d’Etat d’Infirmière (DE) délivré par le Ministère de la Santé et des Solidarités, diplôme sanctionnant une formation spécifique en IFSI. Par l’application de la réforme LMD, les Infirmiers D.E ont accès de plein droit à la Licence Sciences de l’Education et à la Licence Sciences Sanitaires et sociales.

Le Diplôme d’Etat d’infirmier atteste des compétences professionnelles pour exercer les activités du métier d’infirmier.
Le Diplôme d’Etat d’Infirmier français permet d’exercer dans tous les états membres de l’Union Européenne.
L’habilitation à exercer la profession d’infirmier en France nécessite que l’infirmière diplômée fasse enregistrer son diplôme auprès de la délégation territoriale de l’ARS dans le département où il/elle envisage d’exercer.

Selon le pays d’origine qui a délivré le Diplôme d’Etat d’Infirmier les modalités d’habilitation seront différentes.

Formation

L’accès à la formation est soumis à des conditions d’admission très règlementées.
Les candidats doivent être reçu aux épreuves d’admission organisées 2 fois par an, âgé de 17 ans minimum au 31 décembre de l’année du concours et être :

  • bacheliers ou titulaire d’un titre admis en équivalence, ou diplôme homologué de niveau IV ;
  • élèves de terminale, sous réserve de l’obtention du baccalauréat l’année du concours
  • non-bacheliers ayant réussi l’examen spécial d’entrée en université (ESEU) ;
  • non-bacheliers ayant réussi l’examen de niveau organisé jusqu’en 1990 ;
  • non-bacheliers ayant obtenu le JVA (jury de validation des acquis), attestation délivrée par l’Agence Régionale de Santé. du lieu de résidence, et valable 2 ans ;
  • aides soignant(e)s et auxiliaires de puériculture diplômé(e)s ayant 3 ans d’exercice professionnel.
  • en mesure de se voir appliquer l’arrêté du 5 janvier 2004 relatif aux dispenses de scolarité susceptibles d’être accordées aux candidats titulaires d’un diplôme étranger d’infirmier(e), sollicitant l’autorisation d’exercice de la profession en France, en vue de la préparation du diplôme français d’état d’infirmier(e) (JO du 21 février 2004 - n° 44 p. 3528).

Les épreuves d’admissibilité comprennent :

  • une épreuve écrite d’une durée de deux heures et notée sur 20 points ; elle consiste en l’étude d’un texte relatif à l’actualité dans le domaine sanitaire et social.
    Cette épreuve permet d’évaluer les capacités de compréhension, d’analyse, de synthèse, d’argumentation et d’écriture des candidats.
  • une épreuve de tests d’aptitude de deux heures notée sur 20 points ; cette épreuve a pour objet d’évaluer les capacités de raisonnement logique et analogique, d’abstraction, de concentration, de résolution de problème et les aptitudes numériques.
    Pour être admissible, le candidat doit obtenir un total de points au moins égal à 20 sur 40 pour l’ensemble des deux épreuves. Cependant, une note inférieure à 8 sur 20 à l’une de ces épreuves est éliminatoire.
    Les candidats déclarés admissibles par le jury sont autorisés à se présenter à une épreuve d’admission d’une durée de 30 minutes au maximum et notée sur 20 points, consiste en un exposé suivi d’une discussion devant un jury composé de trois professionnels.

L’épreuve est destinée à apprécier l’aptitude du candidat à suivre la formation, ses motivations et son projet professionnel.
Pour pouvoir être admis, les candidats doivent obtenir une note au moins égale à 10 sur 20.

En fonction du pays d’origine du candidat les modalités d’accès à la formation offrent diverses particularités ; les candidats peuvent les consulter en accédant à l’Arrêté du 31 juillet 2009 relatif au Diplôme d’État d’infirmier.

La formation a pour objet de mener l’étudiant infirmier vers la professionnalisation en lui
permettant de développer ses capacités d’analyse, de décision et de prise en charge de toute
situation de santé dans le cadre du rôle qu’il est mené à assumer.

La formation

  • se déroule sur 36 mois et 7 semaines, soit six semestres de vingt semaines chacun (et des périodes de congés universitaires). Elle est organisée avec une alternance de périodes d’enseignement théorique en Institut de Formation en Soins Infirmiers (IFSI) ou les cours sont réalisés soit par l’équipe enseignante et par des intervenants extérieurs (médecins, kinés, infirmiers, universitaires...)
  • et de périodes de stages - qui permettent l’enseignement pratique clinique des infirmiers, où les étudiants sont encadrés par des professionnels du terrain, que ce soit en établissements publics et privés de santé, hospitaliers ou extrahospitaliers.

Les enseignements sont réalisés sous la forme de cours magistraux, travaux dirigés, travaux
personnels (rédaction de mémoire, travaux guidés ou en autonomie…) et stages. Pendant les temps de stage l’étudiant se trouve confronté à la pratique soignante auprès des patients, il se forme en réalisant des activités et en les analysant au sein des équipes professionnelles.

La formation représente une charge de travail total général de 5100 heures pour l’étudiant, se décompose en :

  • Un Enseignements théoriques obligatoires de 1800 heures
  • Des Stages cliniques obligatoires d’une durée totale de 2100 heures
  • Un Suivi pédagogique de 300 heures
  • Du Travail personnel de 900 heures

Les semaines de cours ou de stage sont des semaines de 35 heures.

Les champs d’apprentissage du diplôme recouvrent dix compétences :
Cinq compétences :
1. Évaluer une situation clinique et établir un diagnostic dans le domaine des soins
infirmiers
2. Concevoir et conduire un projet de soins infirmiers
3. Accompagner une personne dans la réalisation de ses soins quotidiens
4. Mettre en œuvre des actions à visée diagnostique et thérapeutique
5. Initier et mettre en œuvre des soins éducatifs et préventifs
Cinq compétences « transverses », communes à certaines professions paramédicales et qui doivent être validées pour le métier d’infirmier :
6. Communiquer et conduire une relation dans un contexte de soins
7. Analyser la qualité des soins et améliorer sa pratique professionnelle
8. Rechercher et traiter des données professionnelles et scientifiques
9. Organiser et coordonner des interventions soignantes
10. Informer et former des professionnels et des personnes en formation
L’évaluation des connaissances et des compétences est réalisée soit par un contrôle continu et régulier, soit par un examen terminal, soit par ces deux modes de contrôle combinés.

La formation est sanctionnée par le Diplôme d’État d’Infirmier(e), délivré par le ministère de la Santé et des Solidarités.

La formation permet l’attribution des crédits européens
Le système de notation universitaire donne lieu à l’attribution des crédits conformément au
« Système européen de transferts de crédits » (ECTS). (« European Credits Transfert System »)
Les principes qui président à l’affectation des crédits sont de 30 crédits par semestre de formation. Le diplôme d’État d’infirmier sanctionne un niveau validé par l’obtention de 180 crédits européens.

La formation est composée de 6 unités d’enseignement :
1 - Sciences humaines, sociales et droit
2 - Sciences biologiques et médicales
3 - Sciences et techniques infirmières fondements et méthodes
4 - Sciences et techniques infirmières interventions
5 - Intégration des savoirs et posture professionnelle
6 - Méthodes de travail
L’acquisition des unités d’enseignement s’opère selon des principes de capitalisation et de
compensation, comme dans un cursus universitaire.

Les études sont gratuites. L’Etudiant en soins infirmiers a le statut étudiant, est affilié à la Sécurité sociale, peut bénéficier des prestation du CROUS, à la possibilité de bénéficier d’une bourse d’État. Des Indemnités de stage et le remboursement des frais de transport peuvent être perçus sous certaines conditions.
Les étudiants en institut de formation des infirmières (I.F.S.I) issus de la formation professionnelle continue, pouvant être prise en charge, suivant la situation du candidat, par l’employeur, ou un autre organisme (ex : Pôle Emploi...).

Salaire

A titre indicatif, dans la fonction publique hospitalière, la rémunération s’élève à :

  • 1420€ net par mois en début de carrière
  • 2415€ net par mois en fin de carrière.
    Diverses primes peuvent s’y ajouter.

Évolution de carrière

Il existe des possibilités de spécialisation :

  • Puériculteur(trice) par une formation en 12 mois en Ecole de Puériculture
  • Infirmier de Bloc Opératoire Diplômé d’Etat (IBODE) par une formation en 18 mois en école spécialisée.
  • Infirmier Anesthésiste Diplômé d’Etat (IADE) par une formation en 24 mois en école spécialisée, après 2 ans de pratique professionnelle en structure hospitalière.

L’infirmier(e) peut également accéder au grade de Cadre de Santé par une formation en 12 mois si il/elle est admis(e) par voie de concours dans un Institut de Formation des Cadres (IFCS).


Pour aller plus loin
Journal officiel de la république française (JORF)

  • Arrêté du 31 juillet 2009 relatif au diplôme d’État d’infirmier. (NOR : SASH0918262A) paru au JORF du 07 août 2009
  • Arrêté du 2 août 2011 modifiant l’arrêté du 31 juillet 2009 relatif au diplôme d’Etat d’infirmier (NOR : ETSH1121644A) ;
  • Arrêté du 2 août 2011 modifiant l’arrêté du 21 avril 2007 relatif aux conditions de fonctionnement des instituts de formation paramédicaux (NOR : ETSH1121620A) ;
  • Circulaire N°DGOS/RH1/2011/293 du 20 juillet 2011 relative à la mise en œuvre du référentiel de formation infirmier.
  • Articles R. 4311-1 à R. 4311-15 du code de la santé publique
  • les référentiels d’activités et de compétences définis en annexe I et II de l’Arrêté du 31 juillet 2009 relatif au diplôme d’État d’infirmier